Georges Clemenceau à Masevaux.

 

 

C'est en novembre 1917, quand la situation de la France est devenue critique après la défection de la Russie, que le Président de la République Raymond Poincaré appelle Georges Clemenceau à la direction du gouvernement. Malgré un âge déjà avancé (76 ans), Clemenceau démontre une énergie et une détermination sans faille, dignes de son surnom, le "Tigre". 

"La guerre, rien que la guerre" telle est sa devise.

C'est dans ce contexte crucial que Clemenceau, dans le cadre de ses visites aux combattants du front, vient à Masevaux, capitale et symbole de l'Alsace libérée, le 12 février 1918.  

Clemenceau se fait présenter des officiers après une revue militaire sur la Place des Alliés. La scène se passe devant l'actuel Café de l'Étoile. Au fond, à droite, on aperçoit l'école des Abeilles.

Anticlérical militant, Clemenceau ne fréquentait pas les églises ! A Masevaux il se rend pourtant à l'église Saint-Martin pour y entendre les célèbres orgues Callinet. Mais il  garde son chapeau sur la tête pour bien montrer qu'il n'abandonne en rien ses convictions.

Sous le gouvernement de Clemenceau, qui a nommé Ferdinand Foch au commandement des armées alliées, l'Allemagne et ses alliés finissent par être vaincus. Lorsque l'armistice est signé le 11 novembre 1918, Georges Clemenceau est salué par toute la France comme le "Père la Victoire".

 


Le maréchal Foch à Masevaux.

 

Le 22 septembre  1918, le généralissime des armées alliées, le maréchal Foch est  de passage à Masevaux. Il annonce la victoire imminente.


Revenir à l'axe "Grandes figures de l'Histoire à Masevaux."  


Sources et photos :

La Vallée de Masevaux 1914-1918, par J.M. Ehret, G.Redhaber, B.Sutter, D.Willmé  

http://membres.lycos.fr/clemenceau/infos/biographclem.html