Les mutations de Masevaux au fil du temps.

Vues anciennes prises entre 1950 et 1990.

Les vues anciennes sont extraites de cartes postales, les vues récentes sont des photos de l'auteur. Les  photos anciennes sont susceptibles d'être retouchées pour des raisons d'esthétique.

Les photos ci-dessous montrent quelques visages de la ville à plus de 50 années d'écart. Pour comparer les deux vues, déplacez le curseur de votre navigateur de gauche à droite.

Passé

 

Présent

En 1954, vue depuis les premières pentes de l'Eichbourg.

  Aujourd'hui on constate à la fois la progression des habitations et de la végétation arborée.

Vers 1960, vue depuis la maison de convalescence. Les hauteurs entre Masevaux et Stoecken sont encore vouées à l'agriculture.  Les habitations ont gagné les collines au détriment des terres agricoles. Sur le versant opposé, la forêt  s'est nettement étendue.  

 

La place Clemenceau en 1958. On note le calme de la circulation automobile et la présence de l'hôtel  "L'Aigle d'Or" qui a marqué l'histoire de Masevaux. 

"L'Aigle d'Or" est devenu une pharmacie et la banque un institut de beauté. Les piétons ont gagné un peu d'espace sur les voitures.

La fontaine au cœur de la même place vers 1960... 

...et en 2008.

 

Place Clemenceau vers 1970 : l'un des principaux immeubles est occupé par l'Hôtel-restaurant "La Palombella".

 En 2007, de nouveaux commerces animent les lieux tandis que la fontaine a été mise en valeur.

 

La placette à l'embranchement de la rue du Maréchal Foch et de la rue de Houppach dans les années... 

... en 2005, l'environnement est plus esthétique.

La même placette vue dans l'autre sens en 1969. 

En 2013, la Maison d ela Presse a laissé la place à un magasin de vêtements.

 

Dans les années 1970, les anciennes tanneries abritaient encore des logements vétustes.                  (Photo Antoine Steib)

Une résidence moderne a remplacé les bâtiments décrépits. A gauche : une roue à aubes rappelle l'usage de la force motrice de l'eau dans les usines de jadis.

 

 L'ancienne passerelle en béton qui enjambait la Doller... (Photo Antoine Steib)

...est aujourd'hui remplacée par une passerelle couverte en bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce pont après les combats de la Libération :

cliquez ici.

 

 

 

 

 

Le pont à arches devant l'église. (Photo Antoine Steib)

En 1990, le pont en béton a laissé la place à un ouvrage moins typé mais plus adapté à la circulation automobile.

 

Le chêne séculaire près du petit pont sur le ruisseau "'Odiliabachala", route de Niederbruck. (Photo Antoine Steib)

Depuis, le chêne a dû être abattu. La sculptrice Cathy Fellmann a fait jaillir du tronc une statue de Ste-Odile.

 

L'entrée du camping peu après sa création à la fin des années 1960.

En 2013, la végétation a poussé et les installations de sont développées.

 

                     En 1974, le train touristique aux abords de la gare.

En 2009, tout vestige ferroviaire a disparu du site.

 

 

 

 

 

              

 

La Doller et le  Ringelstein d'après une gravure ancienne :

Cliquez ici

 

Dans les années 60, le Ringelstein est bien visible depuis la rue du Général De Gaulle. 

 A présent la végétation le dissimule presque entièrement aux regards.            

Le Lac Bleu vers 1960 : encore voué aux baignades et aux activités équestres...

...c'est aujourd'hui le cœur d'un quartier résidentiel.

Suite du thème "Les mutations de Masevaux au fil du temps :

L'évolution du Schimmel depuis le début du XIXe siècle.

Le monument aux morts de Masevaux.

Photos anciennes sans correspondance actuelle.

Vues anciennes prises entre 1900 et 1950, première partie.

Vues anciennes prises entre 1900 et 1950, deuxième partie.

Vues anciennes prises entre 1900 et 1950, troisième partie.

Vues anciennes prises entre 1900 et 1950, quatrième partie.

Vues anciennes prises entre 1900 et 1950, cinquième partie.